Vous allez avoir une saccoradiculographie

 

De quoi s’agit-il ?

Cet examen consiste à opacifier le canal rachidien (centre de la colonne vertébrale). Son but est de rechercher ce qui pourrait comprimer un ou plusieurs nerfs et expliquer vos symptômes.

Cet examen utilise des rayons X.

En matière d’irradiation des patients, aucun risque n’a pu être démontré compte tenu des faibles doses utilisées et des précautions prises pour limiter au strict minimum la zone examinée. Toutefois, des précautions concernant les femmes enceintes doivent être prises systématiquement. C’est pourquoi il est important de signaler si vous pouvez être dans ce cas.

Pourquoi votre médecin vous a-t-il proposé une saccoradiculographie ?

Cet examen est le seul qui permette d’explorer la colonne vertébrale et les nerfs en position debout, or c’est dans cette position que les nerfs souffrent particulièrement. Le scanner et l’imagerie par résonance magnétique (IRM) permettent également d’explorer les nerfs mais ont l’inconvénient de ne le faire qu’en position couchée.

 

Le déroulement de l’examen

 

Votre coopération est essentielle : elle contribuera à la rapidité du geste de ponction et diminuera les risques de douleur et de complications.

L’examen consiste à faire une piqûre dans le dos, plutôt désagréable, mais très supportable. L’injection du produit iodé, nécessaire pour voir les nerfs, n’entraîne pas elle-même de douleur mais simplement une sensation d’écoulement de liquide.

Une fois l’injection réalisée, il vous sera demandé de vous mettre debout pour effectuer les clichés radiologiques.

L’examen dure environ 30 minutes car il faut prendre de nombreux clichés radiologiques, mais l’aiguille n’est laissée en place que quelques minutes.

Le produit injecté s’éliminera spontanément, en quelques heures, car il est soluble dans l’eau.

Que devez vous faire après l’examen ?

De retour dans votre chambre, il faut rester couché pendant 24 heures et garder la tête surélevée pour éviter les maux de tête.

Il faut boire beaucoup d’eau ce qui permet d’éliminer le produit iodé plus rapidement.

Quelles complications pourraient survenir pendant l’examen ?

Il est rarissime que l’injection d’un liquide iodé déclenche des réactions allergiques. De plus, celles-ci sont le plus souvent sans conséquence.

Il n’est pas rare q’une sensation d’évanouissement, ou même un évanouissement, survienne ; cela est sans gravité mais n’hésitez pas à signaler au personnel qui sera prêt de vous toute sensation anormale.

Quelles complications pourraient survenir après l’examen ?

Toute intervention sur le corps humain, même conduite dans des conditions de compétence et de sécurité maximales comporte un risque de complication.

Dans les jours qui suivent, des maux de tête, parfois importants, sont possibles. Ceci est devenu rare depuis que l’on utilise des aiguilles extrêmement fines. Dans ce cas, il vous faudra consulter votre médecin ou nous prévenir pour qu’un traitement puisse vous être prescrit pour diminuer ces douleurs.

Une fièvre et/ou des douleurs importantes pourraient faire craindre une infection. Cette complication est tout à fait exceptionnelle, et nous prenons toutes les précautions pour l’éviter. Elle pourrait être très grave si elle n’était pas traitée rapidement (risque de décès). Au moindre doute, vous devez donc nous contacter très rapidement.

Résultats

Un premier commentaire pourra vous être donné juste après l’examen. Il ne s’agira là que d’une première approche, car les images doivent être ensuite analysées sur un ordinateur par le médecin radiologue. Le compte-rendu écrit sera disponible dans les meilleurs délais.

 

Ce que vous devez faire

En prenant le rendez-vous, répondez attentivement aux questions suivantes :

Avez-vous des risques particuliers de saigner ?
avez-vous une maladie du sang ou des saignements fréquents ou prolongés (du nez par exemple) ? oui non
prenez-vous un traitement fluidifiant le sang (anticoagulant ou anti-agrégant plaquettaire type Aspirine, Asasantine, Kardegic, Persantine, Plavix, Previscan Sintrom, Solupsan, Ticlid …), ou tout simplement souvent de l’Aspirine contre le mal de tête ? oui non
dans ce cas, il sera nécessaire d’arrêter ce traitement avant l’examen : nous vous préciserons combien de temps
Etes-vous allergique ?
à certains médicaments ou pommades, ou êtes-vous asthmatique ? oui non
avez-vous mal toléré un examen radiologique ? oui non
Avez-vous eu récemment une infection (fièvre, mal de gorge) ou des soins dentaires ? oui non
Etes-vous atteint d’une des maladies suivantes ?
(il pourrait y avoir une incompatibilité entre ces maladies et un médicament que nous utilisons parfois)
avez-vous un glaucome (maladie de l’œil) ? oui non
avez-vous une maladie de la prostate (hypertrophie bénigne) ? oui non
Etes-vous enceinte ou susceptible de l’être ? Allaitez-vous ? oui non

 

D’une manière générale, n’hésitez pas à fournir tout renseignement qui vous paraîtrait important à communiquer et à nous informer de toute maladie sérieuse.

 

Apportez le jour de l’examen :

la demande de votre médecin (ordonnance, lettre….)

les examen de laboratoire qui auraient pu vous être demandés

le dossier radiologique en votre possession (radiographies, échographies, scanners, IRM ...)

la liste écrite des médicaments que vous prenez.

Le jour de l’examen :

L’examen peut être pratiqué à l’occasion de votre hospitalisation ou en ambulatoire (sans hospitalisation).

Dans ce dernier cas, nous vous recommandons de venir accompagné, et de ne pas rester seul pendant les 24 heures suivantes, y compris pendant la nuit. Il est formellement déconseillé de conduire vous-même pour regagner votre domicile.

Le jour de l’examen, vous devrez manger normalement (ne venez pas à jeun).

A l’exception des médicaments que l’on vous aurait précisément demander d’arrêter, vous prendrez normalement vos autres traitements.

Pour être plus à l’aise, il est conseillé d’aller aux toilettes avant l’examen.

Après votre retour à domicile :

En cas de fièvre et/ou des douleurs importantes, appelez sans délai votre radiologue, ou contacter votre médecin traitant.